Lexique digital part 1

Le web étant truffé d’acronymes, d’anglicismes voire de pures créations d’expressions ou de mots, j’ai décidé de vous aider un peu en publiant cette série d’articles.

Wording de culture générale

1/ Wording de culture générale :

SERP : Search engine results page, désigne tout simplement une page de résultats de recherche Google

Mashup :  site web ou une application dont le contenu provient de la combinaison de plusieurs sources d’informations. Le document composite ainsi produit est aussi appelé compendium. Selon Tim O’Reilly, c’est Paul Rademacher qui a fait le premier mashup en 2005 en créant HousingMaps qui associait les petites annonces immobilières avec la carte de Google. Ce mélange des codes et non des genres, est fortement lié à l’apparition des API. Il faut souligner qu’à l’origine ce développeur a hacké Google Maps dont l’API n’était pas disponible ! Le terme a été utilisé en musique, en Jamaique dans le milieu reggae puis Hip hop à New york, quand on y pense la méthode du remix est maintenant acceptée et reconnue en musique. On peut créer à partir de divers éléments que l’on assemble de manière originale en y ajoutant des éléments plus personnels.

API : évoqué comme étant essentiel au mashup, l’API est l’acronyme de « Application Programming Interface », un document ou logiciel permettant l’interfaçage entre plusieurs systèmes différents. Cela permet à plusieurs applications d’échanger des informations pour fonctionner ensemble, c’est la fameuse interopérabilité. Il y a plusieurs type d’API, échanges de mail, d’XML, de transactions, de connexions, de communication synchrone et asynchrone…

Taxonomie : veut tout simplement dire classification, mot inventé par un botaniste, il est beaucoup plus utilisé en anglais taxonomy.

SDK : Software Development Kit, terme autant utilisé que API mais dans l’univers du mobile.

APK : format ou extension des applications Android.

Check-in : on avait l’habitude de dire ce mot uniquement dans les aéroports, depuis Foursquare, on l’utilise pour faire un check-in virtuel et le communiquer à ses amis sur les réseaux sociaux. En effet, depuis Foursquare, Facebook mais aussi Google+ propose de faire un check-in aux différents endroits où vous vous rendez dans le monde physique. Ce n’est que le début de la fusion virtuel / réel.

Saas : Software as a service, c’est la vague du cloud computing qui transforme par exemple un logiciel en service. Ce n’est plus un produit que l’on achète une fois pour toute et pour lequel on paiera éventuellement l’update. Il s’agit maintenant de mettre à disposition un logiciel comme un service avec un abonnement mensuel, on paie un accès à un service qui est mis à jour automatiquement et qui n’est plus hébergé chez soi.

Barcamp : Crée à la suite des Foo Bars, ces rassemblements de développeurs initiés par Tim O’Reilley en 2003 , c’est donc également un rassemblement de développeurs, sur une courte période de temps pour faciliter les rencontres, les échanges d’idées…Le premier aurait eu lien en 2005 dans les locaux de la société SocialTexts.

Wording publicitaire2/ Wording publicitaire :

Adserver : outils et plateformes technologiques dont la fonction première est de gérer la publicité graphique en ligne. Les éditeurs et les régies s’en servent pour gérer leurs différents emplacements sur leurs sites, établir des règles selon les campagnes ou les régies partenaires. De leur côté, les annonceurs et les agences ont également des adservers afin de « pousser » la bannière et ainsi contre-vérifier les données fournies par les régies / éditeurs. Deux avantages à cela, tracker la campagne et faciliter le reporting avec un outil centralisant toutes les régies séléctionnées par la campagne en question.

Redirect : un redirect est justement ce que donne l’annonceur ou sa régie à une régie ou à un éditeur. Le redirect permet le double adserving, l’agence va pouvoir ainsi comptabiliser chaque appel de la bannière (les impressions, payées au CPM) et chaque redirection vers la landing page. Sans adserver, l’annonceur envoie à la régie l’URL de la landing page ainsi que la bannière « en dur », c’est-à-dire le fichier JPG ou GIF animé.

Tag / script : ces deux mots sont assez polymorphes et polysémiques, mais de manière générale il s’agit d’un bout de code HTML à poser sur une page d’un site éditeur ou annonceur. On parle ainsi de script Adsense à poser sur son site pour que les publicités de Google s’affichent ou bien de tag d’une régie à poser sur la page de confirmation de vente de l’annonceur afin que la régie optimise la diffusion des bannières sur son réseau d’éditeurs en fonction des ventes.

Landing page : page d’atterrissage d’une bannière, il est en général conseillé de ne pas renvoyer vers sa page d’accueil mais plutôt sur une page dédiée à la conversion avec produits, prix et  autres informations essentielles à la vente mises en avant.

wording adexchange3/ Wording adexchange :

Adexchange : place de marché publicitaire où s’achètent et se vendent les impressions publicitaires mais aussi la data, les données permettant d’enrichir des profils ou des campagnes.

RTB : Real Time Bidding, c’est le système d’enchères sur les adexchanges, un système d’enchères en temps réel (120 ms), en place sur les liens sponsorisés d’Adwords, ce système arrive sur la publicité graphique depuis 2009 /2010. La monnaie d’échange unique est le CPM.

SSP : Supply Side Platform, c’est un jargon du monde des adexchanges et du Real time bidding, la révolution en marche du display (publicité graphique / bannière). C’est un outil permettant aux éditeurs de sites internet d’optimiser la diffusion des campagnes publicitaires diffusées en fonction du revenu généré pour mille impressions, on parle d’eCPM ou  de RPM. Vous branchez 5 régies (premium, réseau publicitaire et plateforme d’affiliation) et l’outil optimisera vos revenus, c’est un gain de temps et d’argent pour les éditeurs.

DSP : Demande Side Platfom, c’est une plateforme d’achat automatisé utilisé par les agences d’achat médias et les annonceurs qui souhaitent diffuser leurs campagnes sur internet.

DMP : Data Management Platform, plateforme d’achat et de vente de données

Yield management : notion venue de l’industrie aérienne, appliquée initialement pour optimiser le taux de remplissage des avions. Il s’agit sur internet d’optimiser la diffusion d’une campagne publicitaire sur un site éditeur, le système de yield va opérer un arbitrage selon plusieurs critères mais principalement sur l’eCPM ou RPM, revenu pour mille impressions.

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Twitter et Scoopit.

 

À propos de l'auteur: Vincent Tessier

Head of Mobile chez LaPlaceMedia, 1er adexchange privé. Ex-Trademob, Cellfish Media et AOL Advertising. Dîplomé de l'ISC Paris et du MBA Marketing et Commerce sur Internet de l'ILV.

a un commentaire à «Lexique digital part 1»

Vous pouvez laisser un commentaire ou Rétroliens (trackbacks) cet article.

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.