Les magasins virtuels dans la vie réelle

Dans une étude récente, le cabinet IDC prédit que le showrooming va influencer plus d’1,7 milliard de dollars pour les fêtes de noël. En d’autres termes, beaucoup d’Américains, environ 48 millions, utiliseront leur smartphone en points de vente. Les produits high-tech sont les plus touchés ainsi que le textile. L’influence du surf sur leurs smartphones en points de vente semble avoir la même importance dans la décision d’achat que les informations trouvées online avant la visite en magasin. Le phénomène n’est pas encore généralisé mais la tendance est claire. Capgemini a également publié une étude cet été avançant que d’ici 2020, la plupart des magasins seront des showrooms pour sélectionner et commander des produits. Les enseignes doivent mettre en place dès à présent des dispositifs pour tirer profit de ce comportement. Plusieurs enseignes se sont lancées depuis le coup de com de Tesco en Corée qui a fait le tour du monde.

Carrefour :

Enfin, le géant et leader français Carrefour prend des risques et teste de nouveaux concepts. Pendant 3 semaines, un magasin virtuel de 300 références a été mis en place en Gare de Lyon Part-Dieu et Gare du Nord permettant aux passants de faire leurs courses en scannant des QR codes à l’aide de l’application pour smartphone « Mes courses Carrefour ». Le paiement se fait en CB au sein de l’appli. Il y a fort à parier qu’une telle OP va booster l’appli en terme de téléchargements sans compter qu’une offre promo incite à l’achat : 10€ offerts pour 60€ d’achat. Le directeur e-commerce Bruno Lebon parle de 200 000 téléchargements pour son application. La commande est livrée à domicile ou disponible au retrait dans un des 160 magasins drive. Les packaging sont en taille réelle comme dans un vrai linéaire.

Interview de Thierry Pélissier, Directeur Marketing de l’enseigne :

Les dessous de l’opération :

Casino :

Dans la foulée de l’opération à Lyon, c’est Casino qui a pris la suite dans le flux des passagers de la gare avec un mur de papier de photos de produits avec des QR codes. A Paris, l’opération sera dôtée d’un mur digital. C’est l’application mCasino qu’il fallait télécharger pour pouvoir faire ses courses. Pour le coup, l’enseigne a mis à disposition de ses clients 3 technologies : la lecteur des QR codes, le NFC et la reconnaissance d’images. « Nous faisons le pari de l’omnicanal avec notre application mobile NFC » avance le directeur marketing Thierry Aouizerate. C’est l’agence Think&Go qui a réalisé l’appli.

La vidéo de demo de l’appli montre bien les différentes fonctionnalités :

Intéressant de voir que pour cette demo c’est un blackberry qui a été choisi…étrange choix.

casino magasin virtuel

Bonobos :

Le site marchand Bonobos est l’un des plus grands spécialistes de vente de vêtements en ligne aux US. Ils ont lancé cette année plusieurs points de vente physiques appelés « Guideshops » où les clients peuvent bénéficier d’un rdv de 45mn avec un vendeur qui les conseillera sur leur style. Le CEO évoque le chiffre de 90% de taux de conversion entre les rdv pris et les prises de commandes derrière.

Tesco :

Après l’opération coréenne, l’enseigne a réitéré à Londres à l’aéroport de Gatwick avec une sélection de 80 produits. Il est clair que l’attente d’un avion est longue, si on peut mettre à profit ce temps pour faire ses courses et en plus les trouver à son appartement à son arrivée…le service ne peut rencontrer qu’un succès grandissant.

Homes-up

Ce site de décoration de luxe s’est doté d’un point de vente physique avec l’objectif affiché de montrer les produits, du showrooming assumé en somme. Le projet fait partie du groupe Adeo, dont fait partie Leroy Merlin. Le fondateur Damien Boisel a baptisé ce concept de magasin de webfront. La boutique est sur Huaihai Lu à Shangai, elle est un relai physique pour les clients. Ils peuvent venir passer un moment, discuter, surfer sur le site internet de la marque à partir d’iPads disposés sur une table, scanner les QR codes des produits exposés pour les commander. La livraison se fait immédiatement au domicile du client, fini les sacs shopping.

Le concept de webfront de Homes-up

Pour plus de précisions sur la stratégie de homes-up, voici l’interview de Alexandre d’Antuono à l’atelier numérique de BFM Business :

[ca_audio url= »http://vincenttessier.fr/wp-content/uploads/2012/11/20121112_atelier-BFM-homes-up.mp3″ width= »500″ height= »27″ css_class= »codeart-google-mp3-player »]

Comme expliqué dans l’interview, le magasin est vraiment pensé comme une extension du site web, l’objectif est de rassurer les clients, montrer les produits, les accompagner. La relation physique est centrée sur la marque et l’expérience, laissant de côté la relation transactionelle.

http://www.homes-up.com

L’étude IDC citée plus haut met en lumière les points clés que les clients attendent :

  • Offrir un site web optimisé pour le mobile
  • Favoriser une offre commune entre magasin physique et online
  • Permettre la comparaison des prix avec des QR Codes

Le géant Best Buy a déjà été cité pour ses différentes initatives sur twitter ou pour avoir tenter des synergies off et online. Les récentes prises de paroles du CEO évoquent la multiplication de plus petits points de vente et une réduction globale des mètres carrés…avec en parallèle une croissance des ventes online. La tendance est claire, les bricks and mortar lancent des boutiques virtuelles, les pure player cherchent à s’ancrer dans le réel en abordant le point de vente de manière originale et innovante. La révolution du point de vente est bel et bien en marche.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ma thèse « La révolution mobile, vers le shopping 3.0? »

Vincent Tessier

 

Vincent Tessier

Head of Mobile chez LaPlaceMedia, 1er adexchange privé. Ex-Trademob, Cellfish Media et AOL Advertising. Dîplomé de l'ISC Paris et du MBA Marketing et Commerce sur Internet de l'ILV.
Posted in emarketing. Tagged with .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>