Votre identité digitale commence dès la naissance

Cela s’est passé en 2007, Bennat Pankow vient de naître et ses parents lui ont déjà réservé son nom de domaine. Alors que vous n’avez probablement pas encore le votre, elle a déjà son site web. Nous assistons à de grands changement dans la notion d’identité avec ce miroir ou cette vie parallèle qu’est la vie numérique. La génération des trentenaires qui maîtrise et vie avec internet au quotidien met sa progéniture au pas, quel phénomène est plus significatif que cela pour illustrer le Digital New Order dans lequel nous entrons.

La propriété de son nom de domaine est stratégique pour les entreprises, les peoples, les personnes médiatiques en générale mais aussi de plus en plus pour chacun d’entre nous. C’est la plateforme de CV doyoubuzz qui propose en plus de ses prestations de CV en ligne, de vous vendre votre nom de domaine. Le point devient important dans les processus de recrutement, pour être trouvé sur la toile. Si l’identité numérique devient centrale dans nos vies, autant l’anticiper. C’est lors d’un échange avec Emery Doligé dans le cadre des rencontres VIP du MBA Marketing et Commerce sur Internet que l’idée de ce billet m’est venu. Nous évoquions la vie des blogueurs, leurs revenus, la construction de son identité numérique. Je me suis souvenus d’un passage du livre La méthode Google de Jeff Jarvis (page 375) où il développe la notion d’identité en faisant référence au choix du prénom des enfants. C’est ce qu’à fait Mark Pankow en choissisant le prénom de sa fille en fonction des noms de domaines disponibles. Imaginez le marché pour les registrar et hébergeurs habilité à vendre les noms de domaines. Pour avoir un historique des noms de domaines, géré par l’ICANN au niveau mondiale et par l’AFNIC pour les .fr, voir cet article comprenant une infographie. Avec un coût de 5 à 10€ par an, c’est un abonnement à vie que les sociétés comme Gandi ont devant elles, à faire pâlir les opérateurs telecom. Les parents qui achètent le nom de domaine l’utilise pas forcément tout de suite, mais s’assure de sa propriété. En même temps vous allez me dire, qui va s’appeler exactement comme mon enfant? Et bien les homonymes sont relativement nombreux, vous avez surement déjà tapé votre nom dans Google et peut être remarqué d’autres profils facebook ou Linkedin !

C’est en 2010 qu’AVG, société de sécurité informatique annonçait que 74% des enfants âgés de moins de deux avaient une identité numérique. Le Monde.fr avait alors relayé l’information et s’est vu répondre par Mediapart qu’il ne fallait pas confondre une photo posté sur un réseau social et la notion d’identité numérique. En effet, mettre la photo de son enfant sur Facebook ou l’envoyer par mail ne relève pas vraiment de l’identité numérique en tant que tel. Par contre, il existe déjà des services pour créer un site dédié à votre bébé comme babyhomepages.net ou totsites.com, c’est un peu des WordPress pour bébé.

 

Quelle maîtrise votre enfant aura-t-il de ses traces numériques? Et si les parents et leurs enfants se brouillaient à vie, qui aura la main sur les photos de familles ainsi donnée à voir au monde entier? La question est donc de savoir à qui vous allez confier les données de vos enfants, à Facebook, à un service personnalisé ou les héberger vous mêmes? On en revient à acheter son nom de domaine pour une parfaite maîtrise de son image et de ses données. La démarche du père de Bennet Pankow n’apparaîtra plus si loufoque dans quelques années…

Une vision du futur

Voici ce que nous réserve l’avenir, où en tout cas c’est une possibilité à laquelle travaille Microsoft. On voit pas mal de choses dans cette vidéo intéressante, principalement les écrans tactiles et ultra fins qui se répandent un peu partout dans notre vie quotidienne. La vitre de votre taxi a des incrustations de texte, votre badge entreprise vous présente les informations de vos clients, vous pouvez payer avec votre téléphone qui se trouve être un simple écran…On voit une table de travail moderne, dans un style cabinet d’architecte, avec un employé travaillant à ses taches quotidiennes avec une grande simplicité et des gestes tactiles mesurés. Le frigo de votre cuisine se transforme en véritable outil de programmation et d’échange social, faire la cuisine semble facilité.

Tout devient tactile et simple dans cette vidéo, elle a le mérite de nous montrer un quotidien 2.0 et amélioré grâce à la technologie.

Productivity Future Vision 2011 :

Cette vidéo est en fait la 2ème de ce genre suite à la version de 2009, que voici :

Il faut noter que ces vidéos sont notamment là pour faire la promotion des produits Office de demain, donc avant tout une démonstration des outils de bureautique du futur.

Mentionnons ici la société Corning qui fournit les écrans de Samsung notamment et qui produit également ses vidéos de promotions :

Microsoft a beaucoup de projets dans ses cellules innovations, celui-ci nommé Sphère est particulièrement intéressant :

Vous pouvez visiter le site américain de la firme qui évoque ces innovations.

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Tweeter @vincenttessier et sur Scoopit FromWeb2Mobile

Etude TNS Sofres : les Français et le numérique

TNS Sofres vient de publier pour  l’INRIA, une étude sur les Français et le numérique. L’échantillon interrogé en août a été de 1 200 personnes.

Les études marketing ont pour habitude de créer des typologies de consommateurs, celle étude ne coupe pas à la règle et nous propose 6 catégories :

  • Les randonneurs vigilants : 20%
  • Les baroudeurs pragmatiques : 16%
  • Les grands explorateurs : 18%
  • Les révoltés du numérique : 10%
  • Les bienheureux sédentaires : 16%
  • Les apprentis voyageurs : 20%

Ce qu’on retient de cette étude :

  1. Les attitudes face au numérique varient selon le profils et le style de vie.
  2. Les relations interpersonnelles de second cercle bénéficient de l’effet numérique.
  3. Un effet positif sur la vie politique, plus mitigé sur la vie en société.
  4. Un défaut d’information de la part des pouvoirs publiques et organismes d’état sur la révolution numérique en cours (économique, scientifique, médicale…).
  5. 50% des personnes interrogées pensent que jamais les objets ne pourront communiquer entre eux par internet.

Etude complète TNS sofres inria nov 2011 :

Notons que la mobilité n’est pas abordée en tant que telle, l’étude portait sur le numérique au global.
Cela aurait été intéressant d’interroger ces personnes sur l’impact de l’internet mobile sur leur vie sociale, les achats en magasins…
Et vous, quelle est votre approche de la révolution numérique en cours?
Vincent Tessier
Suivez-moi sur Twitter et Scoopit

Une vision de l’avenir

Le réseau internet est une telle révolution dans nos sociétés que les scénarios futuristes qui cherchent à dessiner les contours de notre avenir sont légions. En voici une qui est intéressante par exemple :

Vidéo d’anticipation, quelques idées intéressantes :

  • Prosumer : un mélange de producteur et de consommateur d’information
  • Multiple-identité
  • Le Copyright est déclaré illégal
  • Electronic paper
  • Internet agrège tout le contenu disponible
  • Google achète microsoft et Amazon rachète Yahoo
  • L’information statistique disparaît pour être remplacée par un flux d’informations continuel
  • Les auteurs choisissent leurs publicités qui deviennent également des informations
  • La réalité peut être répliquée
  • Agav : agent avatar
  • Prometeus : agav standard une interface
  • Amazon crée Place pour répliquer la réalité
  • Second Lifes évolue vers Spirit : les gens deviennent qui ils veulent et partagent la mémoire
  • Vendre des souvenirs devient commerce normal
  • La vie virtuelle devient la plus grosse place de marché du monde
  • L’Expérience est la nouvelle réalité
Man-became-God - video anticipation
Qu’en pensez-vous? Effrayant?

Et si le web nous rendait stupide?

Et si le web nous rendait stupide?Un nouveau rapport sur les dégâts qu’aurait internet sur la mémoire humaine ravive cette idée que l’usage d’internet nous rend stupides. Publiée dans Science Magazine et reprise par CNN, l’étude indique que nous déléguons de plus en plus aux machines et à internet en particulier la lourde tâche de se souvenir des choses. C’est à dire qu’une personne interrogée ne saura plus répondre à une question mais indiquera plutôt où trouver la réponse, on répondra par la source. Nous avons appris à chercher, internet nous montre où se trouve la réponse à une question que l’on se pose. Toute une manière de voir le monde change sous nos yeux. L’idée que nous serions en pleine dégénérescence avec l’aide de Google, date de 2008 environ. Nicolas Carr publie un article qui explique que son comportement évolue avec l’utilisation du net, on perd l’habitude de lire de longs articles, on pense différemment. Internetactu.net a traduit le texte, à lire ici, attention c’est un peu long…donc perdez votre habitude de lire des articles de 10 lignes seulement pendant un instant.

Couverture d'Atlantic - google nous rend stupide?

 

Comme l’a dit un de mes professeurs de emarketing, Google a fait sa fortune sur la fainéantise des gens, c’est parce qu’on est tous feignants que Google est riche, si on avait été capable de taper le nom de domaine des sites que l’on visite dans la barre en haut, on  aurait donné moins de pouvoir à Google. Avouez que vous taper dans le moteur de recherche de Google non seulement des requêtes mais aussi des sites que vous visitez régulièrement, mais la flemme de le mettre en favoris ou de taper l’url vous force à taper le nom dans la barre de Google, par facilité. La personnalisation des recherches, en étant loggé à son compte Google a le potentiel de tuer la sérendipité, la découverte, l’inconnu ou pour le moins que des opinions contraires ou éloignées de la mienne ne viennent remonter en résultats de recherche. Comme les propriétés privées américaines bien gardées, on vivra en vase clos. Est-ce que le web déshumanise? La vague du social nous martèle exactement l’inverse, on communiquerait plus, mieux? Il faut évoquer également la masse d’informations qui nous plonge dans l’instantanéité, on répond alors par des émotions fugaces, on prend des décisions trop rapides par crainte de ne pas agir assez vite…

La revue Books a consacré sa couverture estivale 2010 à ce sujet.

Il ne s’agit pas vraiment de parler ici de la perte d’autorité, de légitimité dans l’information, de repères parmi la foule d’amateurs qui fait trembler les journalistes, comme l’évoque Benoit Sillard dans la deuxième partie de son article ici. Nous évoquons ici plutôt l’impact qu’a l’usage du web sur nos comportements, notre manière d’appréhender le monde voire notre psychisme. Lire cet article pour aller plus loin.

Et vous, vous réfléchissez moins depuis que vous avez le web?

Encore un réseau social?

« T’es pas encore sur Google+? »

Si vous aussi, vous avez déjà été interpellé de la sorte depuis 10 jours, vous voyez de quoi je vais parler ! Google se lance une fois pour toutes et ce de manière décidée en mettant toutes les chances de son côté dans les réseaux sociaux. Alors pourquoi un réseau social de plus? Facebook vacille-t-il depuis son lancement? Vos amis y sont-ils déjà?

Si vous ne savez pas de quoi je parle, voici une vidéo réalisée par Google pour présenter le projet :

 

Paul Allen a lancé l’information qu’il y aurait déjà  10 millions d’utilisateurs sur Google+… et très vite 20M,  ReadWriteWeb y a consacré un article et Google l’a confirmé depuis. Il faut également savoir qu’il y a 86% d’hommes pour l’instant…un truc de geek vous dites?

google+-ratio - encore un réseau social?

 

Voici la liste des profils Google+ les plus influents à son lancement en juin :

Google+-Top profile in 2011

 

Bill Gross prédit que le service atteindra 100 Millions d’utilisateurs plus rapidement que quiconque dans l’histoire des nouvelles technologies, voir la news ici.

Mais alors la dispersion dont nous sommes tous victimes avec le web, plusieurs outils, plusieurs identités numériques, plusieurs cercles d’amis, se renforce de manière sévère. Il faut maintenant suivre au quotidien l’actualité de ses amis sur Facebook et d’une autre partie sur Google+…sans compter si vous êtes utilisateur de FoursquareTwitter & autres…

De manière temporaire sûrement, il existe une possibilité de suive son fil Facebook sur Google+ ! Et oui, vous me lisez bien, c’est par un article sur pressecitron que j’ai découvert cela, voir ici. Voici un lien pour installer ce plugin.

L’intérêt que porte Google à ce service est évident et le social est un enjeu stratégique dans la guerre que se livrent les géants du web. Facebook travaillerait sur un moteur de recherche…ces « like » disséminés partout sur le web lui livrent de précieuses informations pour qualifier ses utilisateurs…et donc mieux cibler ses publicités. Google lance son réseau mais surtout son petit bouton +1.

Dans un article sur le blog des MBA MCI de Leonard de Vinci, Sébastien Jehlen analyse bien son importance et son impact sur les résultats de recherche futurs des utilisateurs du moteur de Google (étant logué bien sûr).

Bien évidement, Google +  a été ajouté à la suite de Webmaster tools, un article de seoland.fr détaille cela très bien dans un article ici.

Pour conclure, disons qu’il faudra tout de même attendre encore un peu avant de statuer si ce nouveau réseau social atteindra le grand public et menacera l’empire Facebook. Toutefois l’attaque est rondement menée et prometteuse…!

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Twitter @vincenttessier et Scoopit FromWeb2Mobile