Zero Moment of Truth

Google se positionne de plus en plus en Think tank pour faire bouger les lignes et accentue son lobbying en faveur de la publicité online. Nous avions évoqué récemment l’initiative GoMo et Our mobile planet pour évangéliser le marché sur le mobile. C’est un site-hub regroupant toutes les dernières initiatives et études que Google lance : Think insights with Google. J’utilise la notion de Hub car ce site vous oriente selon que vous cherchez des études de cas, des chiffres ou des outils. Je vous propose d’évoquer aujourd’hui le concept ZMOT qui a été lancé par Jim Lecinski, managing director U.S. service and sales at Google et qui fait partie de la rubrique Latest insight, vous pouvez également visiter le site dédié à ce concept.

Commençons par préciser la notion avec ces deux vidéos :

Le marketing fonctionne traditionnellement en 3 étapes :

  1. Publicité
  2. Rayon de magasin
  3. Expérience de consommation

En terme Procterien cela donne : stimulus, le premier moment de vérité en magasin et enfin le 2ème moment de vérité qui est l’expérience du produit une fois rentré chez soi. En tout cas c’est comme cela que le groupe Procter&Gamble voit le marketing, et comme c’est une référence dans le marketing de grande consommation, comme Xerox connu pour être une école en tant que telle de la science du commercial. Procter a même nommé un Directeur du FMOT, ce moment crucial où le consommateur est en face d’un rayon dans son supermarché. Google a fait une étude en partenariat avec Shopper sciences sur 5 000 consommateurs et sur 12 catégories de produits. Ce projet a pour objectif de médiatiser les résultats de cette étude qui semblerait indiquer l’émergence d’une 4ème étape dans le processus d’achat. Quand on y pense quelques instants, nous le savons tous déjà, c’est l’apparition d’internet, des blogs et forums qui ont transformé et éduqué les consommateurs et les amènent à aller chercher l’information par eux-mêmes sans se laisser influencer uniquement par la publicité. On peut expliquer cela par le taux de pénétration au web, à l’éducation digitale mais aussi à la crise qui fait que chaque dépense est sousepesée.

Et bien le ZMOT, c’est cela, un concept pour aider les marques qui n’ont pas encore adapté leur stratégie marketing au online. L’étude met en évidence que les sources d’informations ont doublé en une seule année, un consommateur a maintenant 10,4 sources pour réaliser un achat (TV, amis, print, blogs…). En arrivant au magasin pour concrétiser l’achat, il arrive parfois que le consommateur en sache plus sur tel produit particulier que le vendeur lui-même. Adage a publié cet été un article très intéressant sur l’agence Triad Retail Media qui commercialise l’espace publicitaire des sites ecommerces. Il semble que les consommateurs sont plus attentifs à la publicité online sur un site marchand qu’à des publicités TV en magasin. Le split entre marketing above the line destiné à la première étape, le stimuli, et le CRM, qui est centré sur le 2ème moment de vérité après l’expérience, est dépassé, comme l’indique Antony Young, CEO de Mindshare. La publicité pour du recrutement client peut construire une relation positive pour maintenir et consolider la clientèle actuelle.

Je vous invite à parcourir ce livre blanc avec l’outil de visualisation Issuu : Les 5 points qui ressortent de ce livre sont :

  • 1/ Le processus de décision a changé
  • 2/ Ce qui a été un message est désormais une conversation
  • 3/ Le bouche à oreille n’a jamais été aussi important
  • 4/ Cela touche tous les produits
  • 5/ Les 3 moments de vérités avec l’avènement du mobile

Ce livre blanc est constitué de 7 chapitres :

  • 1/ Changer les règles du jeu

Quel que soit votre produit, les consommateurs ont un nouveau réflexe qui est de vous chercher online.

  • 2/ Le nouveau modèle de pensée :

La publicité continue à être « poussée » au consommateur. Pour lui 84% des personnes interrogées déclarent que ce moment de recherche préalable à l’achat a influencé leur décision. Le fait que les consommateurs ont internet dans leur poche dorénavant renforce ce phénomène nouveau. Kim Kadlec, VP Marketing de Johnson & Johnson annonce que « nous entrons dans une ère de réciprocité. Les marques doivent proposer une valeur ajoutée dans la vie des consommateurs. Dès lors, comment échanger de la valeur avec eux plutôt que juste leur envoyer un message. » Faites une requête sur un moteur de recherche avec le nom de votre marque accompagné du mot : commentaires. Pensez vous que le consommateur achètera votre produit sur la base de ce que vous y voyez?

  • 3/ Nous sommes entourés de ZMOT :

Un ZMOT c’est n’importe quand et n’importe où, c’est comme un achat d’impulsion basé sur l’émotionnel et la conversation est à multiples voix (marques, amis, inconnus, web sites, journalistes…). On conceptualise le processus d’achat habituellement comme un tunnel de conversion, or ce n’est pas si linéaire que cela, le fameux entonnoir. Le processus est plutôt itératif, avec des allers et retours, des retours en arrière jusqu’au moment de la prise de décision. Voici une typologie de motivations pour un ZMOT :

  1. Chercher et partager une nouvelle idée online
  2. Se préparer pour aller négocier avec le vendeur en magasin
  3. Prendre une décision d’achat et trouver où acheter rapidement

Vous devez donc être présent à ce moment précis, début de la motivation d’achat, vous pouvez alors personnaliser votre message à chaque cible. Cette période de temps de recherche est bien plus longue que le temps passé devant l’étagère où se trouve votre produit dans un magasin.

  • 4/ Notes et commentaires : les mots du MOT

Le bouche à oreille existe depuis que l’homme est sur terre, la nouveauté est qu’il s’effectue maintenant avec un porte voix gigantesque, notre voix s’adresse à la foule et non plus à une seule autre personne. Les patrons reçoivent cette avalanche d’avis consommateurs avec une certaine peur. Il faut savoir que la plupart des avis et commentaires sont bons. Brett Hurt de Bazaarvoice annonce que la moyenne des notes est de 4,3 sur 5. Les avis négatifs sont pas si nombreux et ont le bénéfice d’ajouter de l’authenticité au produit. Vous pouvez choisir de ne pas vous joindre à la conversation qui a de toute façon lieu en ce moment-même sur votre marque, vous laissez alors la possibilité à votre concurrent de vous prendre des clients. Nous avons tous de l’empathie pour les autres et quand nous voyons quelqu’un dans une situation par laquelle nous sommes passé, la plupart du temps nous sommes enclin à l’aider. Si seulement nous avions eu cette information quand nous étions dans la même situation… La recommandation d’un autre consommateur est le levier le plus fort lors d’un ZMOT. Google a lancé son +1 en pensant que l’alliance de la recherche et du social allait révolutionner l’expérience online. Quand je ferai ma prochaine recherche, je verrai le nombre d’amis qui ont aimé ce site ou cet avis…c’est du bouche à oreille ! Plus besoin de faire un mail à un ami ou de lire l’avis d’un inconnu sur un blog.

  • 5/ ZMOT, un 4ème pilier de votre marketing d’égale importance que les 3 autres

Le web n’est pas la cinquième roue du carrosse. Les objections habituellement entendues contre le web sont : Personne ne fait de recherche Google sur une brosse à dents ou du papier toilette ! Aller dire cela à la société 3M qui fait des post-it… Ils ont reçu un grand nombre de commentaires sur leurs produits et leurs usages. Les gens prennent le temps online de laisser un commentaire quelle que soit la catégorie de produits, cela ne leur demande aucun effort. Cela ne touche pas mon industrie. General Electric qui a de nombreuses lignes de produits très différentes a constaté qu’il y avait sur Youtube des vidéos sur des produits de niche, cela les a convaincu qu’il fallait être présent sur tous leurs produits. Les ménagères de moins de 40 ans ont autre chose à faire et n’ont pas le temps de faire des recherches sur internet. Au contraire, c’est parce qu’elles n’ont pas beaucoup de temps qu’elles passent du temps online. On peut même dire qu’elles sont à la pointe et ont l’habitude de partager telle ou telle recette sur internet. On a déjà un site web, on a besoin de rien d’autre. Ce n’est plus suffisant.

  • 6/ Comment gagner ce moment de vérité initial
  1. Nommez quelqu’un dans votre organisation responsable du ZMOT
  2. Trouvez quels sont ces ZMOT pour vos produits.
  3. Répondez aux questions que les internautes se posent, au lieu de leur donner des coupons de réductions
  4. Optimisation du ZMOT : adaptez votre contenu aux différentes formes de conversations : paid, owned, earned and shared. Optimisez votre site au mobile.
  5. Soyez rapide. Vous ne pouvez plus établir votre campagne marketing une fois par an, elle évolue constamment au court de l’année, il faut être flexible et réagir rapidement.
  6. Utilisez la vidéo : le 2ème moteur de recherche le plus important est Youtube. Les internautes recherchent des vidéos de démonstration de votre produit, des manuels vidéos, des avis en images…Gary Vaynerchuk a transformé le business de son simple magasin de vin en quelque chose de beaucoup plus ambitieux simplement en postant une vidéo par jour. La publicité en vidéo est également un bon moyen, 64% des internautes qui ont vu une publicité sur Youtube ne l’ont pas vu la campagne TV.
  7. Foncez : pas besoin d’une stratégie réalisée en 5 ans, il faut se lancer, tester, gagner en expérience. Le plus rapidement vous connaitrez vos premiers échecs, le mieux ce sera. Considérez vos campagnes online comme d’éternelles versions bêta
  • 7/ La suite?

Le mobile n’est pas le futur, c’est le présent. Nous sommes deux tiers à dormir avec notre téléphone près de nous. Ces moments de vérités se rapprochent, je cherche de l’information devant une étagère de votre produit ou je poste un commentaire d’utilisation de votre produit quelques instants après son expérience, voire pendant. Le débit internet va considérablement augmenter, cela va tout changer dans notre société et nos business. Par ailleurs, aujourd’hui la publicité interrompt le contenu : comment faire partie de l’expérience utilisateur, faire part du contenu?

L’auteur vous invite à continuer le débat sur son site http://www.zeromomentoftruth.com/ Plusieurs acteurs de la publicité ont participé à la rédaction ou ont apporté leurs commentaires et feedback, citons :

  • Dina Howell : CEO Saatchi & Saatchi X
  • Rishad Tobaccowala : Chief Strategy & Innovation officer à VivaKi
  • Bob Thacker : Gravity Strategic Advisor and former CMO of OfficeMax
  • Dennis Cary : CMO et SVP, Bally Total Fitness
  • Brett Hurt : Fondateur et CEO, BazaarVoice
  • Kim Kadlec, VP Marketing, Johnson & Johnson
  • Mark Addicks : Senior VP and CEO, General Mills
  • Matt Moog : Founder and CEO of Viewpoint Network

Que ce concept marketing soit révolutionnaire, rien n’est moins sûr, la transformation des clients passifs en consom-acteurs ou webacteurs n’est pas une découverte. La conceptualisation est bien faite, le concept séduisant et cela rend légitimes à la fois le online et Google aux yeux des marketeurs encore réfractaires au web marketing. Il faut saluer le travail de marketing BtoB réalisé par Google pour rendre cela solide et consommable par les grandes directions marketing de ces fameux budgets qui investissent encore en TV ou en médias traditionnels, aux yeux de Google. S’insérer dans le modèle et la vision de Procter est judicieux quand on sait que les achats médias ne sont pas épargnés par les effets de mode ou de mimétisme. La caution est importante et convaincre Procter d’investir sur cette fameuse étape nouvelle dans le processus d’achat c’est convaincre le marché tout entier.

[UPDATE du 24/01/12 : OpenedMind et Scanblog ont publié l’étude ECHO-Vague 4 sur les Français et les médias sociaux, qui illustre un 4moments, le TMOT. Il s’agit d’un Third Moment of Truth qui désigne le fait que le consommateur va partager sur les réseaux sociaux son expérience après l’achat.]

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Twitter @vincenttessier et Scoopit FromWeb2Mobile

GO Mobile !

Google est en campagne pour évangéliser le marché sur le mobile. Il s’agit de convaincre de la pertinence d’y consacrer une partie de son budget  et de bâtir une stratégie dédiée à ce nouveau média. Nous avions publié quelques billets sur le Blog MCI récemment sur la vision mobile de google, la guerre que se livre Android et iOS ainsi que la récente séparation faite entre Admob et Adsense pour mobile.

Google a lancé il y a quelques semaines le site Ourmobileplanet en partenariat avec la MMA et Ipsos dont l’objectif est de rassembler des statistiques mondiales sur le mobile. L’initiative est bienvenue car les sources et les chiffres abondent en ce moment, en provenance d’instituts, de cabinets de conseil, des régies et des agences. Le problème était de maintenir à jour ces chiffres, qui évoluent très rapidement. Ici, on peut rechercher un chiffre de manière intuitive, par étape, en voici les rubriques disponibles :

 

En quelques clics, j’ai généré le rapport suivant sur le taux de pénétration des smartphones sur une liste de pays que j’ai sélectionné. C’est on ne peut plus pratique, essayez !

Google lance également un site plutôt orienté annonceur : Howtogomo.com

Vidéo de promotion du projet :

Allons sur le site,

Il se présente sous forme de 3 rubriques :

  • Pourquoi le mobile est important?
  • Test de votre site web !
  • Liste de prestataire pour vous aider, dont Google site

On y trouve par exemple des accroches du type :

 

Et surtout, vous avez la possibilité de tester votre site en version mobile, vous n’avez qu’à entrer votre URL et google simule ce que voit un mobinaute.

La baseline « Mobilize your site » est parfaitement trouvée, car il faut avouer que les versions mobiles des sites web ne sont pas encore pléthores, or c’est une étape obligée de la mobilisation du monde digital. Par ailleurs, google a annoncé récemment la prise en compte de l’adaptabilité du site mobile dans le scoring de votre annonce sur Adwords. Par conséquent, comme à son habitude, Google souhaite vous donner les outils pour améliorer votre site.

Le Pape du SEO de google, Avinash Kaushik a même fait cette semaine un webinar dédié à l’érgonomie et à l’analytics du mobile, visible ici.

Vincent Tessier

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Viadeo.


                                                                                                    

Google aime-t-il le SEO?

Le responsable du spam de Google, Matt Cuts a publié récemment cette vidéo afin de clarifier la position de Google sur le SEO :

Je recommande la lecture de ce PDF qui récapitule les bonnes pratiques, qui est mieux placer pour donner des conseils en la matière que Google?

Le blog de Matt Cuts et de manière plus générale le twitter de Google Webmaster Tools.

Vincent Tessier

Suivez-moi : Twitter, Linkedin et Scoopit.

Les médias sociaux

Je partage avec vous cette présentation sur les médias sociaux, réalisée par Nathalie Lamri à l’occasion de la préparation de sa thèse professionnelle sur le sujet.

[quote style= »boxed »] Internet est perçu comme le média allié, qui aide les internautes à se faire leur propre opinion – Jérôme de Labriffe, Président IAB France – Décembre 2006 [/quote]

[quote style= »boxed »] Les communautés ne se créent pas, elles préexistent. La question est de savoir comment nous pouvons les aider à faire ce qu’elles souhaitent faire. Mark Zuckerberg – Mai 2010[/quote]

[quote style= »boxed »] Your brand isn’t what you say it is, its what Google says it is. Chris Andersen – Wired – 2006[/quote]

  •  77% des internautes en France sont membres d’au moins un Réseau social
  • 78% font d’avantages confiance aux avis de leur pairs qu’au discours des marques
  • 52% des utilisateurs des réseaux sociaux sont devenus fans d’une marque
Comment mesurer le ROI de vos actions sur les réseaux sociaux?

Suivez-moi : Twitter, Linkedin et Scoopit.

Android sur votre PC Windows

Je vous fais part aujourd’hui d’une petite découverte faite hier. La news m’est venue sur le groupe de discussion des développeurs Android sur Linkedin, il s’agit tout simplement de mettre les applis de votre téléphone Android sur Windows. La société Bluestacks a été créée en 2008, compte 25 employés et a fait deux belles levées de fonds, 7,5M$ en mai dernier et une en octobre de 6,4M$. L’annonce officielle de la version publique du service a eu lieu le 11 Octobre, dont voici le communiqué de presse.

[quote]“The openness of Android is enabling innovation around the world. We are grateful to Google and others for their contributions. This is also a social equalizer in the US and countries like Brazil, India and China, where a large percentage of the population who can only afford smartphones can now enjoy and benefit from the ubiquity of apps on the Android platform, » said Rosen Sharma, president and CEO of BlueStacks.[/quote]

Le blog spécialisé Android-france.fr s’était fait l’écho en Avril dernier de la version de test.

Voici ce que cela donne sur votre PC windows :

 

 

 

 

 

 

 

 

La vidéo du concept :

Comment ça marche une fois installée :

Voici la marche à suivre pour ceux qui veulent tester le service :
1/ Installer le programme sur votre pc, c’est ici
2/ Vous avez maintenant le widget sur votre bureau avec les applications installées de base.
3/ Il faut ensuite cliquer sur le bouton « Get more Apps »
4/ Une page s’ouvre dans votre navigateur, il faut aller sur Cloud Coonect, un code « PHONE PIN » apparait.
5/ Il faut maintenant télécharger l’appli Android BlueStacks Cloud sur votre téléphone et entrer le code pin.
6/ Vos applis se synchronisent avec votre PC et apparaissent dans votre Widget BlueSTacks.

Bluestacks Channel

Bluestacks Channel

 

Une vidéo pour la partie Cloud connect :

Les constructeurs de PC seraient intéressés pour installer BlueStacks en natif sur les prochaines sorties d’usines… Un effet de levier qui serait énorme pour la start-up.

La société est en discussion avec Opéra pour intégrer le store d’application Handster ainsi qu’avec Slideme

Les développeurs Android y voient des débouchés supplémentaires, car toucher les utilisateurs d’Android est une chose, adresser les utilisateurs de Windows est un tout autre gâteau ! On voit bien que ce projet n’en est qu’au début et qu’il est très prometteur, on ne lève pas 14M$ sans un concept fort et une vraie innovation. Chapeau !

Vincent Tessier
Suivez-moi sur : Twitter, Linkedin et Scoopit.

 

Google doc upgrade

Si vous utilisez Google doc, vous devez admettre que son utilisation n’est pas toujours des plus pratiques. Il y a eu des améliorations dernièrement (merci pour le drag and drop !) et Google annonce encore de nouveaux changements. L’arrivée de Google+ et la volonté de Google de mettre son réseau social au centre de son écosystème impose une harmonisation à ses couleurs et style.

Les filtres ont été regroupés dans un menu déroulant :

On retrouve donc le bouton des paramètres (que l’on retrouve dans la nouvelle version de Google Analytics).

Le bouton preview va être apprécié, cela va nous éviter l’ouverture du document dans un nouvel onglet pour se rendre compte que ce n’était pas le bon!

Suivez-moi sur Twitter
Suivez-moi sur Linkedin
Suivez-moi sur Viadeo

 

Mobile SEM

Nous avons parlé récemment sur le blog MCI des ambitions de Google sur le mobile dans l’article « Le mobile vu par Google ». Par ailleurs, la firme a clarifié récemment les choses entre Admob et Adwords, voir l’article suivant pour plus d’informations. Aujourd’hui, Google annonce de nouvelles possibilités publicitaires sur le mobile via le SEM.

1/ Une annonce peut renvoyer vers le téléchargement d’une application :

[quote style= »boxed »]From the ad, they can be directed to download the advertiser’s app[/quote]

Le format s’appelle clic to download, qui fonctionne aussi bien vers l’apple store que l’Android market.

    

2/ Une annonce peut renvoyer au sein même d’une appli déja installée :

[quote style= »boxed »]If they already have the app, the Google mobile app extension can direct them to a destination within an app[/quote]

Le format s’appelle mobile app extension :

    

 

3/ Les liens sponsorisés débarquent dans les appli

Au même titre que Google a aidé des millions de sites web à monétiser leur contenu avec des bloc de pub Adsense et à développer un réseau de moteur de recherche partenaire, il n’y a aucune raison de ne pas proposer la même chose dans le monde des applis. Appelé Custom search ads c’est donc à la suite d’un recherche au sein d’une app que le mobinaute verra apparaître un lien publicitaire. Comme vous le voyez ci-dessous, vous pouvez customiser le look & feel de la pub pour une meilleure intégration dans votre appli. Ce format est également disponible pour les sites internet mobile, le seul préalable est d’avoir un moteur de recherche présent dans votre site ou appli.

  

2 autres fonctionnalités liées au local :

  • Hyper local search ads
  • Circulars : vous voyez une pub web ou mobile, vous indiquez être intéressé et vous pourrez alors présenter votre mobile au magasin du marchand concerné pour bénéficier d’un coupon, si c’est pas du ROPO ça !

Il faut aussi savoir que la qualité de la landing page mobile commence à prendre part dans le Quality score de vos annonces, la proximité géographique de votre boutique devient aussi un critère de diffusion des liens sponsorisés.

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Twitter : @vincenttessier
Suivez-moi sur Linkedin
Suivez-moi sur Viadeo

Et si le web nous rendait stupide?

Et si le web nous rendait stupide?Un nouveau rapport sur les dégâts qu’aurait internet sur la mémoire humaine ravive cette idée que l’usage d’internet nous rend stupides. Publiée dans Science Magazine et reprise par CNN, l’étude indique que nous déléguons de plus en plus aux machines et à internet en particulier la lourde tâche de se souvenir des choses. C’est à dire qu’une personne interrogée ne saura plus répondre à une question mais indiquera plutôt où trouver la réponse, on répondra par la source. Nous avons appris à chercher, internet nous montre où se trouve la réponse à une question que l’on se pose. Toute une manière de voir le monde change sous nos yeux. L’idée que nous serions en pleine dégénérescence avec l’aide de Google, date de 2008 environ. Nicolas Carr publie un article qui explique que son comportement évolue avec l’utilisation du net, on perd l’habitude de lire de longs articles, on pense différemment. Internetactu.net a traduit le texte, à lire ici, attention c’est un peu long…donc perdez votre habitude de lire des articles de 10 lignes seulement pendant un instant.

Couverture d'Atlantic - google nous rend stupide?

 

Comme l’a dit un de mes professeurs de emarketing, Google a fait sa fortune sur la fainéantise des gens, c’est parce qu’on est tous feignants que Google est riche, si on avait été capable de taper le nom de domaine des sites que l’on visite dans la barre en haut, on  aurait donné moins de pouvoir à Google. Avouez que vous taper dans le moteur de recherche de Google non seulement des requêtes mais aussi des sites que vous visitez régulièrement, mais la flemme de le mettre en favoris ou de taper l’url vous force à taper le nom dans la barre de Google, par facilité. La personnalisation des recherches, en étant loggé à son compte Google a le potentiel de tuer la sérendipité, la découverte, l’inconnu ou pour le moins que des opinions contraires ou éloignées de la mienne ne viennent remonter en résultats de recherche. Comme les propriétés privées américaines bien gardées, on vivra en vase clos. Est-ce que le web déshumanise? La vague du social nous martèle exactement l’inverse, on communiquerait plus, mieux? Il faut évoquer également la masse d’informations qui nous plonge dans l’instantanéité, on répond alors par des émotions fugaces, on prend des décisions trop rapides par crainte de ne pas agir assez vite…

La revue Books a consacré sa couverture estivale 2010 à ce sujet.

Il ne s’agit pas vraiment de parler ici de la perte d’autorité, de légitimité dans l’information, de repères parmi la foule d’amateurs qui fait trembler les journalistes, comme l’évoque Benoit Sillard dans la deuxième partie de son article ici. Nous évoquons ici plutôt l’impact qu’a l’usage du web sur nos comportements, notre manière d’appréhender le monde voire notre psychisme. Lire cet article pour aller plus loin.

Et vous, vous réfléchissez moins depuis que vous avez le web?

Encore un réseau social?

« T’es pas encore sur Google+? »

Si vous aussi, vous avez déjà été interpellé de la sorte depuis 10 jours, vous voyez de quoi je vais parler ! Google se lance une fois pour toutes et ce de manière décidée en mettant toutes les chances de son côté dans les réseaux sociaux. Alors pourquoi un réseau social de plus? Facebook vacille-t-il depuis son lancement? Vos amis y sont-ils déjà?

Si vous ne savez pas de quoi je parle, voici une vidéo réalisée par Google pour présenter le projet :

 

Paul Allen a lancé l’information qu’il y aurait déjà  10 millions d’utilisateurs sur Google+… et très vite 20M,  ReadWriteWeb y a consacré un article et Google l’a confirmé depuis. Il faut également savoir qu’il y a 86% d’hommes pour l’instant…un truc de geek vous dites?

google+-ratio - encore un réseau social?

 

Voici la liste des profils Google+ les plus influents à son lancement en juin :

Google+-Top profile in 2011

 

Bill Gross prédit que le service atteindra 100 Millions d’utilisateurs plus rapidement que quiconque dans l’histoire des nouvelles technologies, voir la news ici.

Mais alors la dispersion dont nous sommes tous victimes avec le web, plusieurs outils, plusieurs identités numériques, plusieurs cercles d’amis, se renforce de manière sévère. Il faut maintenant suivre au quotidien l’actualité de ses amis sur Facebook et d’une autre partie sur Google+…sans compter si vous êtes utilisateur de FoursquareTwitter & autres…

De manière temporaire sûrement, il existe une possibilité de suive son fil Facebook sur Google+ ! Et oui, vous me lisez bien, c’est par un article sur pressecitron que j’ai découvert cela, voir ici. Voici un lien pour installer ce plugin.

L’intérêt que porte Google à ce service est évident et le social est un enjeu stratégique dans la guerre que se livrent les géants du web. Facebook travaillerait sur un moteur de recherche…ces « like » disséminés partout sur le web lui livrent de précieuses informations pour qualifier ses utilisateurs…et donc mieux cibler ses publicités. Google lance son réseau mais surtout son petit bouton +1.

Dans un article sur le blog des MBA MCI de Leonard de Vinci, Sébastien Jehlen analyse bien son importance et son impact sur les résultats de recherche futurs des utilisateurs du moteur de Google (étant logué bien sûr).

Bien évidement, Google +  a été ajouté à la suite de Webmaster tools, un article de seoland.fr détaille cela très bien dans un article ici.

Pour conclure, disons qu’il faudra tout de même attendre encore un peu avant de statuer si ce nouveau réseau social atteindra le grand public et menacera l’empire Facebook. Toutefois l’attaque est rondement menée et prometteuse…!

Vincent Tessier

Suivez-moi sur Twitter @vincenttessier et Scoopit FromWeb2Mobile