Votre identité digitale commence dès la naissance

Cela s’est passé en 2007, Bennat Pankow vient de naître et ses parents lui ont déjà réservé son nom de domaine. Alors que vous n’avez probablement pas encore le votre, elle a déjà son site web. Nous assistons à de grands changement dans la notion d’identité avec ce miroir ou cette vie parallèle qu’est la vie numérique. La génération des trentenaires qui maîtrise et vie avec internet au quotidien met sa progéniture au pas, quel phénomène est plus significatif que cela pour illustrer le Digital New Order dans lequel nous entrons.

La propriété de son nom de domaine est stratégique pour les entreprises, les peoples, les personnes médiatiques en générale mais aussi de plus en plus pour chacun d’entre nous. C’est la plateforme de CV doyoubuzz qui propose en plus de ses prestations de CV en ligne, de vous vendre votre nom de domaine. Le point devient important dans les processus de recrutement, pour être trouvé sur la toile. Si l’identité numérique devient centrale dans nos vies, autant l’anticiper. C’est lors d’un échange avec Emery Doligé dans le cadre des rencontres VIP du MBA Marketing et Commerce sur Internet que l’idée de ce billet m’est venu. Nous évoquions la vie des blogueurs, leurs revenus, la construction de son identité numérique. Je me suis souvenus d’un passage du livre La méthode Google de Jeff Jarvis (page 375) où il développe la notion d’identité en faisant référence au choix du prénom des enfants. C’est ce qu’à fait Mark Pankow en choissisant le prénom de sa fille en fonction des noms de domaines disponibles. Imaginez le marché pour les registrar et hébergeurs habilité à vendre les noms de domaines. Pour avoir un historique des noms de domaines, géré par l’ICANN au niveau mondiale et par l’AFNIC pour les .fr, voir cet article comprenant une infographie. Avec un coût de 5 à 10€ par an, c’est un abonnement à vie que les sociétés comme Gandi ont devant elles, à faire pâlir les opérateurs telecom. Les parents qui achètent le nom de domaine l’utilise pas forcément tout de suite, mais s’assure de sa propriété. En même temps vous allez me dire, qui va s’appeler exactement comme mon enfant? Et bien les homonymes sont relativement nombreux, vous avez surement déjà tapé votre nom dans Google et peut être remarqué d’autres profils facebook ou Linkedin !

C’est en 2010 qu’AVG, société de sécurité informatique annonçait que 74% des enfants âgés de moins de deux avaient une identité numérique. Le Monde.fr avait alors relayé l’information et s’est vu répondre par Mediapart qu’il ne fallait pas confondre une photo posté sur un réseau social et la notion d’identité numérique. En effet, mettre la photo de son enfant sur Facebook ou l’envoyer par mail ne relève pas vraiment de l’identité numérique en tant que tel. Par contre, il existe déjà des services pour créer un site dédié à votre bébé comme babyhomepages.net ou totsites.com, c’est un peu des WordPress pour bébé.

 

Quelle maîtrise votre enfant aura-t-il de ses traces numériques? Et si les parents et leurs enfants se brouillaient à vie, qui aura la main sur les photos de familles ainsi donnée à voir au monde entier? La question est donc de savoir à qui vous allez confier les données de vos enfants, à Facebook, à un service personnalisé ou les héberger vous mêmes? On en revient à acheter son nom de domaine pour une parfaite maîtrise de son image et de ses données. La démarche du père de Bennet Pankow n’apparaîtra plus si loufoque dans quelques années…