Interview Alice Henry – Directrice Commerciale Inmobi France

Inmobi est une des régies mobiles les plus prometteuses, en forte croissance partout dans le monde. Nous sommes allés à la rencontre d’Alice Henry, sa Directrice Commerciale en France, afin d’avoir son sentiment sur le marché, les éditeurs mobiles et les innovations à venir sur ce marché.

VT : Tu es aujourd’hui Directrice commerciale de la régie mobile Inmobi en France, peux-tu présenter ton parcours ?
Alice Henry : Après une expérience en agence chez Publicis Et Nous au planning stratégique, j’ai été diplômée major du MBA Marketing et Commerce sur Internet de l’Institut Leonard de Vinci. J’ai ensuite intégré la régie Nokia Interactive qui a été un des précurseurs en Europe et le premier constructeur à voir le potentiel de la publicité mobile, bien avant iAds par exemple. C’était le début de la publicité mobile, il y avait tout à faire on était une petite équipe de 30 personnes en Europe dont 5 personnes en France, dirigée à l’époque par Gonzague de la tournelle. J’ai ensuite conduit une mission de conseil pour la régie Hi-media sur les opportunités du mobile puis j’ai participé au lancement de l’offre mobile de TF1 Publicité au sein de la régie publicitaire. Nous avions un accord de commercialisation des espaces de l’opérateur Bouygues Telecom mais aussi de bon nombre de sites éditeurs premiums tels que Eurosport, TF1, Wat, TF1 News etc… Nous sommes passés de 4 à 15% de parts de marché. Depuis cet été, j’ai rejoint la régie indépendante Inmobi pour ouvrir les bureaux français et accompagner la forte croissance de cet acteur global.

VT : Peux-tu nous parler du marché de la publicité mobile en 2007 et de ton expérience chez Nokia ?
AH : Le marché de la publicité mobile en France pesait environ 10M€ en 2007, Nokia et Screentonic, racheté par Microsoft depuis, étaientt les principaux acteurs du marché. Nokia a vraiment été un précurseur en montant une activité publicitaire pour commercialiser sa propre audience mais aussi des éditeurs tiers. Technologiquement, nous utilisions au début une solution tiers, Open Adstream, pour ensuite migrer sur une solution interne, suite au rachat de la régie américaine enpocket. Nous commercialisions des campagnes display classiques mais aussi des opérations spéciales d’intégration des marques dans les contenus mêmes. Nokia a ensuite réorienté son activité sur la localisation par GPS au sein de Navteq, filiale qui commercialise des données de localisation à des services comme Yahoo! Maps, Livelocal ou Mapquest d’AOL. C’est à ce moment que Gonzague a fondé la régie Mbrand3 et que j’ai poursuivi ma route chez TF1 Publicité.

VT : Peux-tu nous présenter la régie Inmobi ?
AH : Inmobi a été fondée en 2007 à Bengalore par Naveen Tewari, nous employons aujourd’hui plus de 3600 personnes, avons 120 bureaux et couvrons plus de 165 pays. Nous touchons 340 485 millions d’utilisateurs dans le monde avec plus de 63,50 milliards d’impressions par mois. Nous nous positionnons comme la deuxième régie publicitaire au monde. Et venons de réaliser la plus grande levée de fond dans l’univiers du mobile pour 200 millions de dollars dans le but d’accompagner notre développement à l’international. En France, nous touchons 7,59 milllions d’utilisateurs et adservons 800 millions d’impressions par mois.

VT : Quelle est votre offre et positionnement sur le marché mobile ?
AH : Nous sommes un réseau publicitaire mondial avec deux offres : une première offre à la performance sur une base de facturation aux clics, c’est-à-dire sans garanties de passage sur tel ou tel site ou applications mobiles. Nous disposons d’une technologie de tracking de pointe dans notre industrie qui séduit de nombreux e- Commerçants à la recherche d’un meilleur retour sur investissement.  Notre deuxième offre, plus premium est axée sur l’HTML5 sur des environnements éditeurs premiums clairement définis. Sur ce type de format rich media et très engageant, nous sommes à même de proposer toute une batterie d’indicateurs reflétant l’interaction des utilisateurs avec la publicité. C’est une pratique habituelle sur le web mais qui n’avait pas vraiment de réalité sur le mobile compte tenu des limites techniques, c’est aujourd’hui possible avec le HTML5. Inmobi a racheté récemment une société spécialisée dans la création publicitaire mobile rich media, Sprout.

VT : Peux-tu nous présenter votre réseau d’éditeur?
AH : Nous travaillons à la fois avec les plus gros éditeurs d’applications ou de sites mobiles locaux, en l’occurrence Français, mais aussi avec les développeurs d’applications notamment les gros éditeurs tels que Rovio / Angry Birds. En terme d’OS, nous avons une majorité de notre trafic réalisée sous Android et Iphone avec une part de feature phone qui diminue, aujourd’hui de 15% (Symbian et autres OS).

VT : Quel est ton point de vue sur le choix que les annonceurs doivent faire entre sites mobiles et applications ?
AH : Notre recommandation est clairement sur le mobile d’adopter une stratégie mixte HTML5 / Internet mobile et une application smartphone. Nous constatons à travers nos études réalisées sur des panels de mobinautes qualifiés : un meilleur taux de transformation sur l’HTML5 / Internet mobile que sur les applications, pour les e-commerçants.

VT : Quelle est la typologie de vos annonceurs ?
AH : Nous avons 60% de nos campagnes réalisées par des pure players (e-marchands, et medias) et 40% environ par les grandes marques. Sur ce dernier semestre 2011, avec la montée en puissance de l’HTML5,  nous avons constaté l’arrivée de nouveaux annonceurs issus des industries Telecom, Agro Alimentaire, Automobile  et Luxe / Cosmétiques.

VT : Quels sont les tendances que tu vois sur le marché pour 2012 ?
AH : Nous constatons une fusion des équipes mobiles dédiées avec les équipes d’achat web traditionnelles. En 2010, nous avions une trentaine d’acheteurs mobiles répartis au sein des agences et départements dédiés au mobile, aujourd’hui il faut adresser toutes les agences du marché qui sont en train d’intégrer progressivement le mobile dans leur département achat. Sur le modèle d’achat, le mobile est encore à 80% sur une base de CPM et va tendre à se rapprocher des proportions du web à savoir plutôt une répartition équitable entre CPM et performance (CPC et CPA). Sur les formats, le HTML5 va se déployer massivement, tant côté annonceurs que côté éditeurs, chez qui il reste encore quelques ajustements techniques à faire pour diffuser ces formats riches. Notre solution Sprout à ce sujet est une vraie valeur ajoutée car aujourd’hui vous n’avez plus besoin de coder vous-mêmes votre format, des plateformes techniques telles que la nôtre, ont industrialisé le format. Côté éditeurs, le trafic devenant important, nous observons la réinternalisation de la gestion publicitaire. De manière générale, après une période où apparaissait une nouvelle régie mobile par mois, il faut s’attendre à une concentration à court terme qui va réduire le nombre d’acteurs.

VT : As-tu quelque chose à ajouter ?
AH : Il faut souligner le fait que l’audience sous Blackberry représente un potentiel sous-exploité. Or, cela concerne deux segments de cibles souvent demandés par les annonceurs, les 12-25 ans d’un côté et la cible plus business 25-40 ans. Il y a clairement une opportunité de ce côté-là, l’audience est de bonne qualité et peu exploitée, elle présente donc des prix plus avantageux. De manière générale, tout reste à faire sur le mobile car il y a un très grand décalage entre l’usage des utilisateurs qui est massif et le niveau d’investissements des annonceurs sur ce média.

 Inmobi sur CNBC :

Le profil Linkedin d’Alice Henry et le twitter de la régie.

Pour télécharger le SDK iOS – i300 et Android a300

Retrouver l’article publié sur le panorama des régies sur Inmobi.

Suivez-moi sur Twitter et Scoopit

Vincent Tessier

Panorama des régies mobiles : InMobi

Après un début de carrière chez Mc Kinsey puis un MBA à Harvard, Naveen Tewari a fondé la régie InMobi en 2007, basée à Bengalore en Inde.

Ce qui l’a motivé à se lancer dans cette aventure? L’intuition du basculement d’ici quelques années de 100% de la base utilisateurs d’internet sur le mobile.

Quelques chiffres :

  • 100 personnes dans la Sillicon valley
  • 65 payés et 18 bureaux
  • 425 employés
  • 100 milliards d’impressions par mois.
  • Reversement de 60% aux développeurs

Leur différenciation :

  • 100% focus sur la publicité mobile, ce qui n’est pas le cas d’Admob, iAd
  • Présence internationale
  • Plateforme agnostique : ils adservent 100% du parc quelque soit l’OS

Sur les 40% de commission, il argumente que contrairement au web, un développeur mobile a fréquemment un marché mondial, or monter une régie est déjà difficile sur le marché local mais dans plusieurs pays cela coûterait beaucoup plus cher. La communication auprès des développeurs est fréquente ainsi que l’organisation de challenges, voir leur récente opération dédiée aux développeurs sous BADA.

La société a levé 200M$ récemment auprès de Softbank et Kleiner Perkins, deux fonds importants. Cet apport va servir au développement produit (250 ingénieurs), le recrutement de commerciaux (70 sales aux US, 50 EU and 40 in Asia) et pour des acquisitions (Spourt, start-up de rich media).

Naveen ne dément pas être déjà sollicité pour un éventuel rachat mais reste ouvert à toute discussion…

Voici une interview de présentation générale donnée sur Bloomerg :

Tewari Says Advertising Market Will Shift to… par InMobiInMobi est productif en étude, en v

La régie est plutôt prolifique en étude de marché, en voici une récente sur le marché européen :

  • 15 milliards d’impressions adservées par la régie
  • Android dépasse l’iPhone avec 33% des impressions
  • En terme de constructeur, Samsung est leader avec 21%

Une interview du Responsable Business Development Europe, Limvirak Chea sur Ecran mobile :

Il annonce dans cet interview 320M d’utilisateurs dans 165 pays pour 46 Mds d’impressions publicitaires. En France, les chiffres sont de 9M de mobinautes pour 600M d’imps.

Voici une vidéo du VP EMEA, Rob Jonas, ancien responsable des Partenariats Google Europe qui a rejoint la société fin 2009, lors du Digital Summit en mars organisé par Arabnet 2011 au Liban.

 

View more presentations from InMobi
Vous pouvez suivre la société sur leur blog et compte twitter.
Suivez-moi sur twitter @vincenttessier et Scoopi « FromWeb2Mobile »